Ambiances B-boying

Battle Opsession jour 1

Vendredi 17 février, ambiance survoltée au Lieu Unique. Les B-boys et B-girls venus du monde entier concouraient dans leurs catégories respectives: top rock, pop, lock, hip hop et house. Face au public et au jury, les danseurs hip hop ont pu rivaliser d’audace, de technique et d’énergie pour convaincre et emporter l’adhésion collective. Le défi était de taille. Pour Eliott et Balthazar, ce fut avant tout l’occasion d’en connaître un peu plus sur l’univers de la danse hip hop avec deux témoins privilégiés: Juan Pedro aka B boy Vega, danseur hip hop break, house dance et Andréa, danseuse B-girling.

Echauffements des B-boys et B-girls lors de la Battle Opsession jour 1

Mémo des danses hip hop

Top rock : à l’origine du bboying, le top rock, danse debout inspirée du funk, est omniprésent dans les blocks parties. Plus tard, il sera cantonné aux pas de préparation que les danseurs effectuent en rentrant dans un cercle avant d’aller au sol (breakdance). Cette danse s’est progressivement développée pour passer du rang de simple introduction d’un passage de “break” à celle de discipline à part entière.

Pop : le pop, popping, poppin’ ou “smurf” pour la France de la fin des années 80, est une danse basée sur la contraction des muscles. L’idée de contraste y est très présente : les blocages alternent avec des mouvements plus libres et relâchés. Cette danse de la famille des funkstyles s’inspire de la gestuelle des robots, mais aussi du mime ou des danses orientales… Née sur la côte ouest américaine, elle se pratique principalement sur les sons funk et g-funk.

Lock : le lock (ou locking, lockin’), est la danse funky par excellence. Née à la fin des années 1970 en Californie, avec Don “Campbellock” Campbell et son groupe The Lockers, elle a été popularisée par James Brown, Michael Jackson et l’émission Soul Train. Cette danse expressive et acrobatique est régie par un principe de décomposition de mouvements et “d’arrêts sur image” et se pratique à l’origine sur une musique funk plus traditionnelle.

Hip hop : popularisée par les clips de rap et de RnB à partir de la fin des années 90, la catégorie hip hop (aussi appelée new style) correspond à un style libre qui associe de nombreuses inspirations et courants de danses, allant du pop au lock, en passant par les danses africaines et le break. C’est un genre hybride en mouvement qui a pour particularité de se danser à la fois debout et au sol, prônant le mélange des styles et l’émancipation des codes. Il se danse sur des musiques hip hop post 2000’s.

House : Indissociable de la house music, la house (ou house dance) est un style de danse hip hop né dans les entrepôts désaffectés transformés en clubs (warehouse) de Détroit et Chicago au début des années 1980, et les clubs new-yorkais. Fusion de plusieurs styles développés dans différents clubs underground à l’Est des USA et très prisée des bboys, elle comprend une grande part d’improvisation. Contrairement au pop et au lock (funkstyles), la house s’inscrit dans un courant “newschool” comme le hip hop.

BBoys – A History Of BreakDance (Full Documentary 2014)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *